Le Point, quatre saisons pour reconstruire (1ère édition)

Voir le panier «Le Point, quatre saisons pour reconstruire (Edition révisée)» a été ajouté à votre panier.
Promo !

Le Point, quatre saisons pour reconstruire (1ère édition)

$7.99 $6.99

Le Point vient nous révéler le Peuple qui vit dans «l’a-guère» et qui lutte pour trouver une paie durable. Un Peuple réel mais souvent privé de voix. Il vit de Souffle et d’inspiration. Il va et vient au gré du vent. Vent de récolte, vent d’amour, vent de joie mais jamais ne vend son âme. Frottez sa lampe et il s’allume dans le regard inconnu du métro, le rire de l’enfant sous la pluie, le chant des mains d’œuvre migrante et économiques…

Première édition

202 pages

Extrait

Catégorie : Étiquettes : , Product ID: 2058

Description

INTRODUCTION

Lors d’un voyage à Belloc dans le pays Basque français, j’ai eu la chance de découvrir des stèles discoïdales funéraires datant de l’avant christianisation du pays. La symbolique des gravures a beaucoup retenu mon attention notamment la représentation de Dieu: un point. Selon le moine qui nous servait de guide ce point était gravé d’un coup de burin en fermant les yeux et ne pensant à rien. Une manière très humble de reconnaitre sa méconnaissance de l’Essence divine tout en manifestant sa présence dans sa foi traditionnelle. Le point par la suite a été aussi ce poing levé la tête basse par un athlète dénonçant les conditions des droits civiques des noirs d’Amériques. Poing levé par une organisation radicale, au logo félin, dans le combat pour la réhabilitation d’un peuple. Toute une culture du poing levé qui a traversé les continents de la terremère jusqu’aux plages des exils de la diaspora. Le point peut être ce qui amanqué à l’étudiant immigré pour valider son année et s’épargner les coûts supplémentaires d’un redoublement. Dans une notation «mythologique » dont la coloration rouge reflète souvent le sang trahi de ces peuples économiquement nomades ou les yeux des autochtones inconscients de l’apport des longues années de contribution. Le poing quand il tombe est la preuve qu’une discussion est nécessaire. Le dialogue est toujours le meilleur moyen de s’ignorer lorsque les actes ne découlent pas des joutes oratoires. Alors j’écris ces lignes pour un peuple coloré et aux accents chantants qui n’appartient à aucune nation si ce n’est celle de l’exode vers les Cités en or du monde. Oubliant Sion dans cette ruée vers le phare  Western», dont l’union valide la réussite, et les communautés peinent à garder leur identité et l’héritage de leur passé.  Le point c’est le salut de jeunes se reconnaissant de la même sensibilité néo-culturelle. Le poing à poing n’est plus une question de couleur de peau mais d’attitude. À défaut de redresser tout le tort, ce recueil de nouvelles est une exhortation à la prise de conscience d’un peuple économiquement opprimé et à investir dans la restauration et la préservation des cultures issues de civilisations masquées. Spora, Fanta et les autres seront nos guides. Bienvenue dans cette fable économique construite avec un regard contemplatif mais qui au final devient un tableau de la vie communautaire et populaire dans les cités occidentales en attente d’une nouvelle aube sur leurs sociétés…

«Notre quotidien autrement dit. »

C’est un point de vue, un point de départ

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Seulement les clients connectés ayant acheté ce produit peuvent laisser un avis.

Arnaud,  je viens d’écouter ton intervention sur ton guide et je t’en félicite. Belle présentation. Sobre, spontané, naturel, authentique ! Meilleure recette. Et elle te réussit bien. Mes encouragements.
Salah

J’ai lu avec beaucoup d’attention et d’intérêt vos réflexions sur la Méthode Ka et l’Intention de Lean. Je les trouve intéressant aussi car se fondant sur la foi pour trouver des solutions aux problèmes de survie des couches populaires dans le monde et plus particulièrement en Afrique

Assane

Arnaud, je tiens à te féliciter pour la qualité de tes ouvrages en entrepreneuriat. Très intéressant.

Nancy

Il y a plusieurs styles. J’aime le jeune sage, enthousiaste, aimant. Pas le revanchard. Je préfère le plus naturel, conteur.

Jacques

J’ai beaucoup aimé “The Black Kingdom, la voie des dieux”, on pourrait même en faire un film

Abdoul Kader

Your Analysis is very heavily written. Your current style is Dickensian but a very interesting reading which I agree with!:)

Leiden